Home Contact
This RSS feed URL is deprecated
23/10/2018 : This RSS feed URL is deprecated, please update. New URLs can be found in the footers. […]
Comme la Hadopi, la CJUE rend responsable le titulaire d'une ... - Developpez.com
18/10/2018 : Developpez.comComme la Hadopi, la CJUE rend responsable le titulaire d'une ...Develop. […]
Franck Riester : l'ancien rapporteur de la loi Hadopi devient ministre ... - Numerama
16/10/2018 : NumeramaFranck Riester : l'ancien rapporteur de la loi Hadopi devient ministre ...Num. […]
Remaniement : le rapporteur des lois Hadopi à la Culture, plus de ... - Next INpact
16/10/2018 : Next INpactRemaniement : le rapporteur des lois Hadopi à la Culture, plus de ...Next. […]
La Hadopi planche sur les assistants vocaux avec d'autres autorités ... - Next INpact
8/10/2018 : Next INpactLa Hadopi planche sur les assistants vocaux avec d'autres autorités ...Ne. […]

151 bloggeurs et de cyberdissidents ont été emprisonnés durant l’année 2009

(Source : Read Write Web France / Auteur : Global Voice) – Reporters Sans Frontières a publié le 30 décembre son bilan de l’année 2009. Il dénombre 151 blogueurs et cyber-dissidents arrêtés, 61 agressés physiquement et un mort en prison en 2009. Par rapport à 2008, le nombre de blogueurs arrêtés a augmenté de 155%. Le rapport souligne que la Chine reste le premier censeur d’Internet en 2009 et que RSF s’apprête à lancer une nouvelle campagne contre l’ennemi d’Internet en mars prochain. Ci-dessous, voici ce que dit la section consacrée aux blogueurs et cyberdissidents :

Pour la première fois depuis l’apparition d’Internet, Reporters sans frontières recense près de 110 blogueurs, cyberdissidents et internautes emprisonnés dans le monde pour avoir exprimé sur le Web leurs opinions. Ce chiffre illustre la répression qui sévit sur le Net dans une dizaine de pays. Plusieurs Etats ont définitivement adopté une politique de criminalisation de l’expression en ligne, mettant à mal les espoirs d’un Internet sans censure.

Internet a été le moteur de la contestation démocratique en Iran, en Chine et ailleurs. C’est avant tout pour cela que les gouvernements autoritaires sont si enclins à punir sévèrement les internautes, comme ces deux blogueurs azerbaïdjanais condamnés à deux ans de prison pour avoir tourné en dérision les élites politiques dans une vidéo.

Si, en 2009, la Chine est restée le principal censeur d’Internet, l’Iran, la Tunisie, la Thaïlande, l’Arabie saoudite, le Viêt-nam et l’Ouzbékistan ont également eu recours aux blocages récurrents de sites et de blogs, et à la surveillance de l’expression en ligne. L’Internet turkmène demeure en outre sous contrôle total de l’État. Lire la suite

Intégralité de l’article sur fr.readwriteweb.com

rwwf

Articles liés :

8 janvier 2010 | Actualité