Home Contact
Près de Caen. 600 € d’amende pour des téléchargements illégaux - Ouest-France éditions locales
25/04/2019 : Près de Caen. 600 € d’amende pour des téléchargements illégaux  Ouest-Franc. […]
Juan Branco nous cache quelquechose - Nice Provence Info
24/04/2019 : Juan Branco nous cache quelquechose  Nice Provence InfoNous avons évoqué dans nos. […]
Lexiconomy, le dictionnaire en ligne qui privatise le langage - korii.
23/04/2019 : Lexiconomy, le dictionnaire en ligne qui privatise le langage  korii.Cet absurde pr. […]
Game of Thrones : comment regarder la saison 8 gratuitement (et légalement ?) - TechGuru
22/04/2019 : Game of Thrones : comment regarder la saison 8 gratuitement (et légalement ?)  Tec. […]
Les internautes consultés en amont de la future loi contre la haine en ligne - Next INpact
19/04/2019 : Les internautes consultés en amont de la future loi contre la haine en ligne  Next. […]

BitTorrent: De Seedfuck à TMGKicker ?

Alors que le Net est toujours en ébullition autour de Seedfuck, ce petit proof of concept continue son bonhomme de chemin et intéresse des experts du P2P. Tout le monde s’accorde à dire que tuer les réseaux P2P n’est pas la bonne solution, du coup, la cible identifiée devient TMG, marquant ainsi une nouvelle étape dans la préparation de la cyber guerilla qui se profile et qui fait maintenant peu de doutes.

Un simple élément du protocole d’échange P2P Bittorent pourrait permettre le développement d’un nouveau proof of concept visant à éjecter du réseau les IP identifiées et surtout les paquets DHT issus des serveurs de TMG. Notez qu’il existe déja des serveurs de TMG qui diffusent de faux paquets DHT sur le réseau déclarant ainsi de fausses Inodes (leur permettant de récupérer les IP des gens qui s’y connectent).

Les amateurs apprécieront cette simple ligne de Python qui en dit long :

from BitTorrent.Rerequester import DHTRerequester

L’élement visé est donc la requête DHT, qui permettrait, dans certaines conditions d’éjecter du réseau BitTorrent par scans répétés. Même si TMG change rapidement d’IP, cette nouvelle méthode s’avère être un SPOF (Single Point of Failure) du dispositif de TMG. Tout semble indiquer que TMG a mis le premier le doigt dans un engrenage qui sera exploité et retourné contre lui.

Des outils comme Peerguardian pourraient donc se voir dotés de nouvelles fonctionnalités qui rendraient la vie bien plus compliquée à TMG. Les serveurs DHT se certifient entre eux et une création massive de serveurs DHT pourrait vite polluer l’écoute de TMG et même forcer au drop (une déconnexion sans ménagement) du réseau… et oui, il existe bien un début de proof of concept. Il ne s’agit encore que du début de la réponse des internautes partageurs à TMG, quand ces derniers auront clairement identifié les faiblesses de l’infrastructure de TMG, ils pourraient bien leur donner beaucoup de fil à retordre. En pratiquant comme on le soupçonne une pollution DHT/PeX (Peer Exchange), TMG a involontairement ouvert la porte à l’utilisation d’une arme qui risque de se retourner contre lui.

Source : Bluetouff

Articles liés :

29 avril 2010 | Actualité