Home Contact
Près de Caen. 600 € d’amende pour des téléchargements illégaux - Ouest-France éditions locales
25/04/2019 : Près de Caen. 600 € d’amende pour des téléchargements illégaux  Ouest-Franc. […]
Juan Branco nous cache quelquechose - Nice Provence Info
24/04/2019 : Juan Branco nous cache quelquechose  Nice Provence InfoNous avons évoqué dans nos. […]
Lexiconomy, le dictionnaire en ligne qui privatise le langage - korii.
23/04/2019 : Lexiconomy, le dictionnaire en ligne qui privatise le langage  korii.Cet absurde pr. […]
Game of Thrones : comment regarder la saison 8 gratuitement (et légalement ?) - TechGuru
22/04/2019 : Game of Thrones : comment regarder la saison 8 gratuitement (et légalement ?)  Tec. […]
Les internautes consultés en amont de la future loi contre la haine en ligne - Next INpact
19/04/2019 : Les internautes consultés en amont de la future loi contre la haine en ligne  Next. […]

Des hackers tuent Hadopi avec un bout de code

Source : ReadWriteWeb (Olivier Laurelli) – Quand la loi iPred a été votée en Suède, les administrateurs du fameux tracker Torrent, The Pirate Bay, avaient émis l’idée d’inonder les trackers Torrent de fausses adresses IP. Ce n’est plus une promesse, c’est maintenant une réalité. A l’heure où on attend toujours les spécifications du logiciels de sécurisation sensé permettre de prouver votre bonne foi, un code source pour le moins original a récemment son apparition sur le Net.

L’information a été initialement révélée sur le blog Hack45. Baptisé Seedfuck, le code source propose d’injecter plusieurs centaines d’adresses IP, aléatoires ou prédéfinies dans les trackers Torrent, semant ainsi un certain chaos et rendant †plus difficile l’identification formelle des internautes se trouvant derrière ces IP. Peu importe que vous ne sachiez même pas ce qu’est le peer to peer, votre propre IP peut ainsi se retrouver collectée et identifiée par la HADOPI. Il ne semble pas que ce code soit une réponse à l’HADOPI vu son origine, son auteur ne semblant pas être d’origine française (le concept du code lui même n’est d’ailleurs pas nouveau).

Ce code d’exploitation est à double tranchant, certains s’inquièteront à juste titre de voir leur propre IP générée aléatoirement. S’il génère aujourd’hui des adresses complètement aléatoires, une très légère modification lui permet de ne cibler que des adresses IP françaises et même des adresses prédéfinies ( »comme par exemple celles de ministères » se raillent beaucoup d’internautes). Une fois compilé et pesé à 5 kilo octets tout mouillés, le code pourrait même être inoculé sous forme de chevaux de Troie, rendant ainsi la localisation des plaisantins encore plus complexes.

On ne sait donc pas s’il faut en rire ou en pleurer, mais en tout cas, une chose est maintenant sûre, TMG, la société mandatée par les ayants droits pour faire la traque aux téléchargeurs, va devoir sur pencher plus sérieusement sur la validité des preuves qu’elle recueille pour confondre les internautes partageurs.

Suite et source : fr.readwriteweb.com

Articles liés :

20 avril 2010 | Actualité