Home Contact
Épinglé pour plagiat, Gad Elmaleh accuse CopyComic de contrefaçon - Next INpact
20/02/2019 : Épinglé pour plagiat, Gad Elmaleh accuse CopyComic de contrefaçon  Next INpactDe. […]
Dans la lutte contre le piratage, SFR rend la Hadopi optimiste - Univers Freebox
19/02/2019 : Dans la lutte contre le piratage, SFR rend la Hadopi optimiste  Univers FreeboxL'au. […]
Téléchargement illégal : prison avec sursis et 1800 euros d’amende pour avoir piraté 223 films - Phonandroid
19/02/2019 : Téléchargement illégal : prison avec sursis et 1800 euros d’amende pour avoir pi. […]
Le médiateur du livre veut contraindre les cybermarchands à mieux distinguer le neuf de l'occasion - Next INpact
19/02/2019 : Le médiateur du livre veut contraindre les cybermarchands à mieux distinguer le neu. […]
Juan Branco, avocat de Maxime Nicolle (Flyrider), explique pourquoi son client et ami voulait s'expatrier - AgoravoxTv
19/02/2019 : Juan Branco, avocat de Maxime Nicolle (Flyrider), explique pourquoi son client et ami. […]

Et si on passait (enfin) à IPv6 ?

Le vote de la loi « Création et Internet” », dite aussi loi HADOPI, a été repoussé à fin mars, pour cause d’agenda parlementaire surchargé. Comme quoi, il n’y a pas que les réseaux IP qui parfois s’engorgent :-)

Et justement, pour revenir à un sujet technique, figurez-vous que mon ami Jean-Michel Planche avait réussi à trouver un avantage à la loi HADOPI ! Quel est donc cet avantage, alors que tout le monde ou presque honnit cette loi ? Celui de pousser à la migration d’Internet de IPv4 à IPv6, un de ses grands chevaux de bataille. Cela ressemble à une blague, car Jean-Michel est parfois facétieux, mais le sujet mérite un coup de projecteur.

Un peu d’histoire
A la fin des années 90, alors que le développement de l’Internet était fulgurant et que le nombre de ses nouveaux utilisateurs croissait exponentiellement, certains s’inquiétèrent : est-ce que le système d’adressage du protocole IP allait permettre d’attribuer assez d’adresses pour tout le monde ? Avec « seulement 4,2 milliards d’adresses IP possibles, et des tranches entières déjà bloquées par certains opérateurs, ne risquait-on pas une pénurie à moyen terme ?

Finalement, l’éclatement de la bulle Internet qui a abaissé certaines prévisions de croissance trop optimistes, ainsi que le déploiement massif de routeurs permettant à plusieurs ordinateurs de partager une même adresse IP (vue de l’Internet) ont considérablement repoussé l’échéance. Mais il semble que, au niveau mondial ou pour certains pays comme la Chine, le spectre de la pénurie ressurgisse., avec une échéance à horizon 2010-2011.
L’évolution prévisible des usages d’Internet

Au-delà de l’élargissement considérable de l’espace d’adressage et donc du nombre d’adresses différentes potentiellement disponibles pour satisfaire les usages actuels, IP V6 s’inscrit également dans une logique d’évolution des usages de l’Internet. Car si l’on veut vraiment un réseau Internet où les internautes soient autant producteurs et diffuseurs d’information qu’ils en sont aujourd’hui consommateurs, et si l’on ne veut pas être tributaire de « bricolages techniques » alors IP V6 s’imposera : avec IPV6, chaque ordinateur ou objet communiquant connecté à Internet pourra disposer de sa propre adresse unique, ce qui le rendra accessible de n’importe quel autre point du réseau. Ainsi par exemple le serveur multimédia sur lequel vous avez stocké vos photos de famille, mais aussi des films et morceaux de musique, en respectant bien entendu la loi sur la copie privée, vous sera accessible que vous soyez chez vous ou en vacances à l’autre bout du monde ou encore en déplacement professionnel à l’autre bout de la France. Il en sera de même de votre système domotique qui vous permettra de piloter votre chauffage ou d’activer votre webcam à distance, ou de votre lapin Nabaztag qui vous permettra d’inventer des applications conviviales pour toute la famille.

L’Union Européenne considère que l’adoption rapide d’IPv6 pourrait devenir un atout pour notre continent : elle envisage de rendre l’utilisation d’IPv6 obligatoire dans le cadre des marchés publics, et de sensibiliser les entreprises à la nécessité de cette migration.

Aujourd’hui, le déploiement d’IPv6 demeure marginal, particulièrement chez les FAI grand public : ainsi Free, qui a une offre IPv6, n’en fait pas encore un véritable argument commercial. Mais, qui sait, avec les usages positifs liés au développement de l’ « Internet des objets » plutôt qu’avec la vision répressive qui sous-tend la loi HADOPI, IPv6 va peut-être décoller à l’orée de la prochaine décennie ?

Source: zdnet

ø articles

26 janvier 2010 | Actualité