Home Contact
Les portes d'Educnum en passe de se fermer face à la Hadopi - Next INpact
21/06/2017 : Next INpactLes portes d'Educnum en passe de se fermer face à la HadopiNext INpactAfi. […]
Une amende de 200 € pour cinq films piratés - Éditions Francis Lefebvre
21/06/2017 : Éditions Francis LefebvreUne amende de 200 € pour cinq films piratésÉditions Fra. […]
Vous pouvez dénoncer les DRM gênants à la Hadopi - Le portail dédié à l'électronique
20/06/2017 : Vous pouvez dénoncer les DRM gênants à la HadopiLe portail dédié à l'électroni. […]
Vous pouvez dénoncer les DRM gênants à la Hadopi - 01Net - 01net.com
20/06/2017 : 01net.comVous pouvez dénoncer les DRM gênants à la Hadopi - 01Net01net.comCe nouve. […]
Lancement du service de l'Hadopi "Signalement des difficultés d ... - Agence Française pour le Jeu Vidéo
19/06/2017 : Lancement du service de l'Hadopi "Signalement des difficultés d ...Agence Française. […]

Facebook se fout de la gueule du monde

(Source : Read Write Web France) Marc Zuckerberg, le fon­da­teur de Facebook a déclaré, lors d’une confé­rence avant hier, que s’il devait créer Facebook à nou­veau, les infor­ma­tions per­son­nelles y seraient publiques par défaut, plu­tôt que pri­vées, comme cela a été le cas jusqu’au récent chan­ge­ment radi­cal du mois dernier.

Au cours d’une inter­view avec Michael Arrington de Techcrunch, Zuckerberg a parlé de la poli­tique de Facebook concer­nant la vie pri­vée. Ses décla­ra­tions sont d’une impor­tance capi­tale pour le réseau social le plus impor­tant de la pla­nète, et son argu­men­ta­tion en faveur de ce qu’il faut bien appe­ler un recul de la vie pri­vée sur le site, méritent que l’on s’y attarde.

Zuckerberg, à tra­vers huit phrases bien sen­ties, a répondu à une ques­tion d’Arrington lui deman­dant où Facebook, et le web en géné­ral, se diri­geaient en matière de ges­tion des don­nées pri­vées. Cette ques­tion fai­sait bien sûr allu­sion au récent chan­ge­ments sur­ve­nus sur le site, pour mémoire, votre nom, votre photo de pro­fil, sexe, ville de rési­dence, liste d’amis et pages dont vous êtes fan sont désor­mais deve­nus des don­nées publiques. Tout le monde peut voir ces infor­ma­tions, et peut les rechercher.

“Quand j’ai com­mencé dans ma chambre d’étudiant à Harvard, la ques­tion que posait la plu­part des gens était de savoir pourquoi qui­conque publie­rait la moindre infor­ma­tion sur inter­net, et pourquoi les gens voudraient-il avoir un site web ?

Depuis, ces 5 ou 6 der­nières années, le blog­ging a explosé, ainsi qu’une mul­ti­tude de ser­vices per­met­tant aux gens de par­ta­ger tout un tas d’informations. Les gens sont à l’aise, non seule­ment avec le fait de par­ta­ger de plus en plus d’informations de tout ordre, mais ils sont égale­ment plus ouverts, et à plus de per­sonnes. La norme sociale a évoluée ces der­nières années.

Nous consi­dé­rons que notre rôle au sein de ce sys­tème est d’innover constam­ment, et de nous mettre à jour pour reflé­ter cette évolu­tion des normes sociales actuelles.

Beaucoup d’entreprises seraient empri­son­nées par leur héri­tage et par ce qu’elles ont réa­lisé : pro­cé­der à un chan­ge­ment dans la ges­tion de la vie pri­vée de 350 mil­lions d’utilisateur n’est pas le genre de choses que beau­coup de société font. Mais nous voyons cela comme une chose impor­tante : toujours res­ter dans un état d’esprit inno­vant, et si nous devions recom­men­cer aujourd’hui, nous inté­gre­rions cette nou­velle norme sociale”

Cette expli­ca­tion n’est tout sim­ple­ment pas crédible

C’est un retour en arrière com­plet par rap­port à ce que Marc Zuckerberg a prôné en matière de res­pect de la vie pri­vée depuis des années. L’un des argu­ments clé de Facebook a toujours été le fait que vos infor­ma­tions ne seraient visibles que de vos amis, et ceci a été le génome de ce réseau social et ce qui l’a fait croitre. Il y a deux ans, il racon­tait à ReadWriteWeb à quel point le contrôle de la vie pri­vée donné aux uti­li­sa­teurs était “l’ossature de la façon dont Facebook fonctionne”.

L’argument selon lequel Facebook ne fait que reflé­ter un chan­ge­ment dans la norme sociale est bidon. Facebook lui même est un acteur majeur de l’évolution de cette norme sociale, et en agis­sant comme s’il ne fai­sait que suivre un mou­ve­ment qu’il tente d’initier, son atti­tude into­lé­rable. Avec 350 mil­lions d’utilisateurs vient une véri­table res­pon­sa­bi­lité, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il se conduit de façon irresponsable.

Les nou­veaux para­mètres de ges­tion de la vie pri­vée s’avèreront peut être suf­fi­sants. Le fait de contri­buer à repous­ser le concept de vie pri­vée de notre culture sera peut être, au final, une bonne chose, mais la façon dont Facebook s’y prend nous met pro­fon­dé­ment mal à l’aise au sein de l’équipe de ReadWriteWeb, que ce soit ici en France ou aux États-Unis où son direc­teur de publi­ca­tion, Marshall Kirkpatrick, a écrit un billet dont celui ci est une adaptation.

Certains des chan­ge­ments opé­rés par Facebook sont clai­re­ment mau­vais. Ne pas per­mettre aux per­sonne de gar­der comme une don­née pri­vée les pages dont elles sont fans est, sans conteste, une très mau­vaise idée.

Ce chan­ge­ment de cap, jus­ti­fié par des expli­ca­tions d’une super­fi­cia­lité qui frise le fou­tage de gueule, laisse à pen­ser que les avis phi­lo­so­phiques de Facebook sur la vie pri­vée ne sont que du sto­ry­tel­ling, des­ti­nées à masquer une stra­té­gie dont le seul but est désor­mais de contrô­ler le web de demain. (…) Lire la suite

Intégralité de l’article sur fr.readwriteweb.com

rwwf

Articles liés :

11 janvier 2010 | Actualité