Home Contact
Un salarié commet une faute grave en cas de téléchargements ... - Next INpact
20/10/2017 : Next INpactUn salarié commet une faute grave en cas de téléchargements ...Next INp. […]
Hadopi enquête sur le remplaçant de Zone Téléchargement - Ere Numérique
14/10/2017 : Ere NumériqueHadopi enquête sur le remplaçant de Zone TéléchargementEre Numériq. […]
Que risque-t-on quand on télécharge illégalement de la musique ou ... - Europe1
13/10/2017 : Europe1Que risque-t-on quand on télécharge illégalement de la musique ou ...Europe. […]
Piratage : Hadopi s'attaque au problème des sites miroirs - Les Échos
10/10/2017 : L'ExpressPiratage : Hadopi s'attaque au problème des sites miroirsLes ÉchosSoucieus. […]
Riposte graduée et amende : les questions de la Hadopi à deux ... - Next INpact
10/10/2017 : Next INpactRiposte graduée et amende : les questions de la Hadopi à deux ...Next IN. […]

Google Livres : Nicolas Sarkozy s’invite dans le débat

livre-sarkozy1Stratégie – Confier la numérisation de notre patrimoine littéraire à un prestataire étranger serait comme “nous déposséder de notre patrimoine”, estime le président de la République.

Nicolas Sarkozy aime répéter qu’il souhaite que chacun reste à sa place. Mais le président de la République a un avis sur tout et il n’en faut pas beaucoup pour qu’il s’exprime.

Cette fois le locataire de l’Elysée s’est invité dans l’épineux débat autour de la numérisation de notre patrimoine littéraire et sur la question de confier ce travail à un prestataire étranger comme Google. Rappelons que ce dernier s’est lancé dans un projet pharaonique : créer la plus grande bibliothèque virtuelle au monde.

Sans citer une seule fois le nom du géant de la recherche, Nicolas Sarkozy a directement attaqué les ambitions de Google dans ce domaine. “Il n’est pas question de nous laisser déposséder de notre patrimoine au bénéfice d’un grand opérateur aussi sympathique soit-il, aussi important soit-il, aussi américain soit-il”, a-t-il déclaré lors d’une table ronde, près de Strasbourg.

La France n’a pas les moyens de ses ambitions

“La France, c’est une histoire, c’est une culture, oserais-je le mot, c’est une identité. Il n’est pas question que ce que des générations et des générations ont produit en langue française nous nous en laissions déposséder simplement parce qu’on ne serait pas capable de mobiliser l’argent nécessaire pour faire nous-mêmes un travail de numérisation”, a-t-il ajouté.

Le président réussit une nouvelle fois à occuper le terrain médiatique avec néanmoins une certaine démagogie. Car, selon tous les spécialistes, la France n’a pas les moyens de ses ambitions.

La preuve, la Bibliothèque nationale de France (BNF) serait sur le point de confier la numérisation d’une partie de son fonds à Google. Car la numérisation a un coût très important, y compris pour la BNF. Et à Lyon, la bibliothèque municipale travaille déjà avec le groupe de Mountain View.

La numérisation des ouvrages de la IIIe République coûterait à elle seule entre 50 et 80 millions d’euros explique La Tribune. Or les moyens de la BNF sont bien moins importants (budget de 5 millions d’euros par an).

Google “mal compris”

Nicolas Sarkozy veut-il lancer un organisme 100% français (ou européen) afin de prendre en charge ces problématiques qui sont critiques pour les générations futures ? On a vu ce que donnaient les tentatives de moteur de recherche européen…

Face à cette attaque, Google se pose en victime. Interrogée par TF1 lors du Web09, Marissa Mayer, la numéro 3 du groupe s’étonne : “Je pense que ce service est très mal compris. Le but de Google Books, c’est de mettre en ligne de l’information imprimée. Contrairement aux pages Web qui apparaissent presque instantanément, les livres mettent des années à être indexés mais ils représentent une richesse importante qui manque aujourd’hui à Internet.

C’est pour cette raison que nous avons pris l’initiative de les scanner car cela peut améliorer la recherche. L’avantage de ce travail, c’est justement la conservation du patrimoine”.

Et d’ajouter : “Nous sommes simplement la société qui a le plus avancé sur le sujet. Ceci étant dit, il n’y a rien qui empêche d’autres acteurs de faire ce travail de conservation ! Je les encourage à le faire”. Qui est partant ?

Source : ZDNet

Articles liés :

10 décembre 2009 | Actualité