Home Contact
Un salarié commet une faute grave en cas de téléchargements ... - Next INpact
20/10/2017 : Next INpactUn salarié commet une faute grave en cas de téléchargements ...Next INp. […]
Hadopi enquête sur le remplaçant de Zone Téléchargement - Ere Numérique
14/10/2017 : Ere NumériqueHadopi enquête sur le remplaçant de Zone TéléchargementEre Numériq. […]
Que risque-t-on quand on télécharge illégalement de la musique ou ... - Europe1
13/10/2017 : Europe1Que risque-t-on quand on télécharge illégalement de la musique ou ...Europe. […]
Piratage : Hadopi s'attaque au problème des sites miroirs - Les Échos
10/10/2017 : L'ExpressPiratage : Hadopi s'attaque au problème des sites miroirsLes ÉchosSoucieus. […]
Riposte graduée et amende : les questions de la Hadopi à deux ... - Next INpact
10/10/2017 : Next INpactRiposte graduée et amende : les questions de la Hadopi à deux ...Next IN. […]

Hadopi à l’école, la meilleure idée depuis Charlemagne

Nous publions ci-dessous l’extrait d’un article envoyé par Meiji à TpN. Un grand merci à lui.

La rubrique legamedia du très officiel site Educnet fait état de : “La loi Hadopi qui favorise la diffusion et la protection de la création sur internet demande à l’éducation nationale de renforcer l’information et la prévention auprès des jeunes qui lui sont confiés.”

Ainsi est-il fort normal que les enseignants soient amenés tout prochainement à aborder enfin les deux aspects fondamentaux de cette loi, l’internet et l’informatique d’un côté, les droits d’auteur de l’autre. Deux aspects fondamentaux également pour leur propre enseignement puisque qu’ils y sont confrontés quotidiennement dans l’exercice de leur profession. Voilà donc qui devrait les ravir qu’un gouvernement prenne enfin à coeur ces questions essentielles.

L’informatique plus encore que l’internet est une composante devenue vitale à l’enseignement. Citons :
Le rapport Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation (SNRI), remis le 23 juillet 2009 à Valérie Pécresse, pour ce qui concerne l’enseignement de l’informatique, fait le constat que : “Dans les filières non spécialisées des écoles, l’enseignement de l’informatique est généralement réduit. De façon plus générale, le système éducatif n’a pas donné une place suffisante à ces disciplines en regard des enjeux futurs, industriels et d’innovation pour l’ensemble de l’économie nationale, et de participation à la vie sociale et politique de la part des citoyens. Absentes aux niveaux primaire et secondaire, elles sont inexistantes ou trop limitées dans les classes préparatoires aux grandes écoles. La majorité des ingénieurs et chercheurs non informaticiens n’acquièrent pendant leur cursus qu’un bagage limité au regard de ce que l’on observe dans les autres disciplines. Pourtant, ils utiliseront ou pourront avoir à décider de l’utilisation d’outils informatiques sophistiqués. Il est à craindre qu’ils ne le feront pas avec un rendement optimal ou que, en position de responsabilité, ils sous-estimeront l’importance du secteur.”

Un tel enseignement, qui doit se généraliser, correspond aux besoins du pays et de son économie. Rappelons que l’informatique représente 30 % de la R&D au plan mondial (mais 17 % seulement en Europe), que les TIC (Technologies de l’information et de la Communication) vont constituer 50 % de l’augmentation de la croissance dans un futur proche, qu’elles constituent un gisement d’emplois considérable, que l’informatique est l’une des trois grandes familles de la science moderne (source : http://www.epi.asso.fr/revue/docu/d0912a.htm).

Les enseignants ont donc à relever un véritable défit stratégique tout en se heurtant à des questions d’ordre juridique que l’on peut résumer avec cet extrait d’article sur les droits numériques et la pédagogie :
“… On doit réfléchir, à l’heure des nouvelles technologies et de la substitution progressive de la propriété par la notion d’accès, à son rôle dans le cadre d’une probable et enfin réalisable démocratisation de la culture, non de sa consommation que son propre rôle antérieur rendait impossible ou invalidait, mais de sa création.” En rappelant que “l’imitation et la modification sont à la base de la création entendue comme mémoire et transmission, puisqu’elles sont le moteur de l’apprentissage, processus ou objet même de la création” (article complet : http://www.framablog.org/index.php/post/2009/04/09/numerique-droit-d-auteur-et-pedagogie-archambault).

L’impact d’Hadopi a donc une influence majeure sur l’enseignement lui même dont élèves et parents doivent, au premier chef, être complètement informés afin de se mettre en conformité avec La loi. On peut être persuadé que devant un enjeu qui les concerne aussi directement, les enseignants sauront répondre présent.

Il ne fait également aucun doute que ces mêmes enseignants mettront du coeur à enfin faire connaître aux élèves ce qu’est le sacro-saint droit d’auteur, créé pour protéger les auteurs des éditeurs, et non pas des lecteurs, et en tirer la leçon civique qui convient. Ils auront donc toute latitude pour intéresser leurs élèves à Paul Valery, un auteur du domaine public, et son fameux “le paradoxe, c’est le nom que les imbéciles donnent à la vérité”. Une des vertus cachées de la loi Hadopi que de pouvoir faire redécouvrir les classiques, ce dont il ne faut pas se priver en ces temps de crise “intellectuelle”.

Source : Meiji


Articles liés :

24 décembre 2009 | Actualité