Home Contact
Haine en ligne : le dispositif Avia renforcé à l’Assemblée - Le Télégramme
26/02/2020 : Haine en ligne : le dispositif Avia renforcé à l’Assemblée  Le Télégramme
Livre : les Photographes et le Droit - MAGAZINE VIDEO: le webmag de l'image numérique
25/02/2020 : Livre : les Photographes et le Droit  MAGAZINE VIDEO: le webmag de l'image numériq. […]
RMC Sports, Canal +, BeIN Sports… l'IPTV, nouvel ennemi des diffuseurs de football - Le Parisien
25/02/2020 : RMC Sports, Canal +, BeIN Sports… l'IPTV, nouvel ennemi des diffuseurs de football. […]
[Exclusif] Quand Juan Branco écrivait à Salah Abdeslam - Valeurs Actuelles
22/02/2020 : [Exclusif] Quand Juan Branco écrivait à Salah Abdeslam  Valeurs Actuelles
Sur Wikipédia, les vies rêvées de Juan Branco - Le Figaro
21/02/2020 : Sur Wikipédia, les vies rêvées de Juan Branco  Le Figaro

Hadopi : une loi catastrophique pour l’industrie du disque

Selon une étude réalisée par des chercheurs du pôle télécoms de l’Université de Rennes, Hadopi n’aurait que peu d’impact sur le téléchargement illégal et surtout risquerait bien de pénaliser l’industrie du disque.

En effet, d’après ces chercheurs, le nombre de pirates en France a augmenté de 3% entre septembre 2009 et décembre 2009, c’est à dire dans les 3 mois qui ont suivi l’adoption de la loi Hadopi 2. 15% des utilisateurs de peer-to-peer ont renoncé à cette pratique, mais c’est très majoritairement pour se reporter sur d’autres supports, qui échappent à la loi Hadopi : streaming ou téléchargement direct, par des sites comme Megaupload, Allostreaming, Rapidshare, etc. Par exemple, les derniers épisodes de séries télévisées y sont disponibles le jour même de leur diffusion télévisuelle aux Etats-Unis et de nombreux sites listent les liens vers toutes ces vidéos en ligne. Au global, cela débouche sur une hausse du piratage.

Par ailleurs, la mesure phare de la loi, la suspension de la connexion internet, aurait un impact très négatif : les internautes ayant recours au téléchargement illégal sont aussi ceux qui payent le plus pour des biens culturels sur internet. La suspension des connexions déboucherait sur une baisse de 27% du marché des contenus culturels numériques. Autrement dit, les majors se tireraient une balle dans le pied. Point de vue contesté par les maisons de disques.

Source : Contrepoints

Articles liés :

16 mars 2010 | Actualité