Home Contact
Un partenariat entre Hadopi et l'éducation nationale : le droit d'auteur au programme - Actualitté.com
21/11/2019 : Un partenariat entre Hadopi et l'éducation nationale : le droit d'auteur au programm. […]
Les Dossiers #5 : téléchargez notre nouveau numéro consacré aux podcasts et aux enceintes connectées - La Lettre Pro de la Radio
21/11/2019 : Les Dossiers #5 : téléchargez notre nouveau numéro consacré aux podcasts et aux e. […]
EXCLU - L'avocat de CopyComic brise le silence dans "Morandini Live": "La réaction de Thomas Ngijol est juste pitoyable" - VIDEO - Le Blog de Jean-Marc Morandini
20/11/2019 : EXCLU - L'avocat de CopyComic brise le silence dans "Morandini Live": "La réaction d. […]
Le prix du Style 2019 distingue Christophe Tison - LIVRES HEBDO
19/11/2019 : Le prix du Style 2019 distingue Christophe Tison  LIVRES HEBDO
ARCOM : en attendant la fusion, le gouvernement ajuste le fonctionnement de la Hadopi - Numerama
14/11/2019 : ARCOM : en attendant la fusion, le gouvernement ajuste le fonctionnement de la Hadopi. […]

L’Allemagne censure la surveillance du Net et du téléphone

La conservation des données de connexion (”logs“) a été jugée anticonstitutionnelle par la cour constitutionnelle allemande, ce mardi 2 mars 2011.

La loi, adoptée en 2008, obligeait les fournisseurs d’accès à l’internet, et les prestataires de téléphonie, à conserver les traces de ce que font leurs abonnés sur les réseaux de télécommunication (y compris leur géolocalisation), pendant 6 mois.

Elle visait à transposer la directive européenne sur la conservation des données, adoptée en 2006, afin de :

* pouvoir tracer et identifier la source d’une communication;
* pouvoir tracer et identifier la destination d’une communication;
* pouvoir identifier la date, l’heure et la durée d’une communication;
* pouvoir identifier le type de communication;
* pouvoir identifier la machine utilisée pour communiquer;
* pouvoir identifier la location des équipements de communication mobile.

A l’époque, le Comité des libertés civiles, Justice et Affaires intérieures du Parlement européen avait recommandé de ne l’autoriser qu’en cas de mandat judiciaire et de la limiter aux seuls crimes graves, de ne transférer les données aux autorités nationales que sur demande expresse, et au cas par cas, recommandations qui n’avaient pas été prises en compte par la Commission européenne.

La cour constitutionnelle allemande a pour sa part estimé que la loi n’était pas suffisamment transparente, qu’elle violait le secret des correspondances et n’encadrait pas suffisamment l’utilisation qui serait faite de ces données, que les mesures de sécurité censées les protéger étaient insuffisantes, que les motifs invoqués (la lutte contre la criminalité, le terrorisme et les menaces en terme de sécurité) n’étaient pas suffisamment clairs, ni proportionnés en terme de protection de la vie privée, et appelle donc à une destruction “sans délai” des données d’ores et déjà archivées.

Elle a également estimé qu’il s’agissait là d’une “intrusion particulièrement sévère (dans la vie privée, ndlr), d’une ampleur que notre système légal n’avait jamais connu jusqu’à ce jour“.

Près de 35 000 personnes, dont plusieurs personnalités politiques, journalistes, avocats, médecins, avaient saisi la cour constitutionnelle à ce propos, dans ce qui constitue le plus important recours collectif (”class action“) de l’histoire allemande.

suite…

Source: Bugbrother.blog.lemonde.fr

Articles liés :

2 mars 2010 | Actualité