Home Contact
Épinglé pour plagiat, Gad Elmaleh accuse CopyComic de contrefaçon - Next INpact
20/02/2019 : Épinglé pour plagiat, Gad Elmaleh accuse CopyComic de contrefaçon  Next INpactDe. […]
Dans la lutte contre le piratage, SFR rend la Hadopi optimiste - Univers Freebox
19/02/2019 : Dans la lutte contre le piratage, SFR rend la Hadopi optimiste  Univers FreeboxL'au. […]
Téléchargement illégal : prison avec sursis et 1800 euros d’amende pour avoir piraté 223 films - Phonandroid
19/02/2019 : Téléchargement illégal : prison avec sursis et 1800 euros d’amende pour avoir pi. […]
Le médiateur du livre veut contraindre les cybermarchands à mieux distinguer le neuf de l'occasion - Next INpact
19/02/2019 : Le médiateur du livre veut contraindre les cybermarchands à mieux distinguer le neu. […]
Juan Branco, avocat de Maxime Nicolle (Flyrider), explique pourquoi son client et ami voulait s'expatrier - AgoravoxTv
19/02/2019 : Juan Branco, avocat de Maxime Nicolle (Flyrider), explique pourquoi son client et ami. […]

La loi Hadopi suédoise trébuche face aux FAI

[Un article de GNT]

Une cour d’appel suédoise annule une décision de justice qui obligeait un FAI à révéler l’identité de l’un de ses abonnés soupçonné d’avoir hébergé sur un serveur du contenu illicite.

La loi IPRED, pour Intellectual Property Rights Enforcement Directive, est entrée en vigueur en Suède le 1er avril 2009. Elle est censée faciliter la vie des ayants droit qui cherchent à confondre les utilisateurs adeptes de téléchargements ou d’échanges illégaux, en leur permettant d’obtenir plus rapidement l’identité d’un abonné se cachant derrière une adresse IP. Encore faut-il que les FAI (Fournisseur d’Accès Internet) jouent le jeu.

En vertu de la loi IPRED, cinq maisons d’édition se sont tournées vers un tribunal et ont demandé au FAI Ephone de fournir l’identité d’un abonné dont le serveur hébergeait parmi la quantité de livres audio présents, 27 livres dont elles détiennent les droits. Mais Ephone a refusé d’obtempérer mettant en avant la protection de son client et le manque de preuves apportées par les ayants droit.

Pour son refus, Epone a été condamné en première instance et a fait appel de la décision. La cour d’appel de Stockholm vient de statuer et a estimé que ” la preuve que le serveur était accessible au grand public n’avait pas été apportée “, selon une information rapportée par l’AFP. Un premier jugement renversé mais la Cour suprême suédoise pourra être sollicitée.

La réaction de Ephone montre en tout cas que IPRED ou pas, les FAI en Suède ne sont pas disposés à révéler aussi naturellement l’identité d’un client œuvrant derrière une adresse IP. C’est même devenu presqu’un argument de promotion puisque le FAI Tele2 qui compte près de 600 000 abonnés en Suède, avait indiqué peu de temps après l’entrée en vigueur de l’IPRED qu’il allait ” effacer les adresses IP une fois qu’elles auront été utilisées en interne “, se voulant le garant du respect de l’intégrité de ses clients.

source : generation-nt

Articles liés :

14 octobre 2009 | Actualité