Home Contact
This RSS feed URL is deprecated
13/12/2017 : This RSS feed URL is deprecated, please update. New URLs can be found in the footers. […]
Hadopi : l'État condamné à dédommager Bouygues pour son ... - Numerama
5/12/2017 : NumeramaHadopi : l'État condamné à dédommager Bouygues pour son ...NumeramaLe Con. […]
La Hadopi rend disponible son rapport annuel d'activité - Developpez.com
1/12/2017 : Developpez.comLa Hadopi rend disponible son rapport annuel d'activitéDeveloppez.comL. […]
La Hadopi veut s'adapter à l'évolution des pratiques illicites sur le web - Le Figaro
30/11/2017 : Le FigaroLa Hadopi veut s'adapter à l'évolution des pratiques illicites sur le webL. […]
Pour favoriser l'offre légale, l'Hadopi régule les DRM du livre ... - Actualitté.com
30/11/2017 : Actualitté.comPour favoriser l'offre légale, l'Hadopi régule les DRM du livre ...A. […]

Le discret sondage IPSOS qui discrédite Hadopi

Le 23 septembre dernier, l’institut IPSOS jetait littéralement un pavé dans la mare avec la publication sur leur site des résultats d’une enquête traitant entre autre, du téléchargement illégal. La dépêche AFP relatant cette étude ne fut vraisemblablement qu’assez peu relayé par les médias de masse, tant les conclusions de ce sondage allaient à contre courant de l’argumentaire asséné par les pro-HADOPI et par nos deux derniers ministres de la culture depuis près d’un an.

Pour commencer, voici un premier point rarement précisé mais qui a son importance : le terrain de cette étude a en fait été mené entre janvier et février 2009, c’est à dire bien avant les débats parlementaires portant sur les différents volets successifs du projet de loi HADOPI. Il est donc très improbable que ces débats (durant lesquels furent évoquées une éventuelle portée pédagogique du projet et la peur de l’internaute pour son caractère répressif) aient eu une quelconque incidence sur les réponses des internautes sondés.

À l’instar de toute enquête réalisée dans les règles de l’art, il est bon de rappeler les méthodes utilisées :

  • Connections est une enquête internationale réalisée dans 12 pays par Ipsos MediaCT, la filiale d’Ipsos dédiée aux marchés des médias et des nouvelles technologies.
  • Le terrain s’est déroulé sur Internet entre janvier et février 2009
  • 6521 individus ont été interrogés (environ 1000 individus aux USA et 500 dans tous les autres pays)
  • Pour chaque pays, l’échantillon est construit en respectant la méthode des quotas (âge, sexe, critère géographique). Chaque échantillon est donc représentatif de la population des internautes du pays considéré.

Les sujets abordés par l’étude sont :

  • la consommation de musique
  • la consommation de vidéo (au sens large : TV, sport, films…)
  • la consommation de jeux vidéo
  • la consommation de support physique : achat ou location, en ligne ou en magasin
  • le téléchargement et le streaming : sur des plates-formes gratuites ou payantes, officielles ou non officielles

Nous pouvons désormais joyeusement entrer dans le vif du sujet.

1/ Les français NE SONT PAS les champions du monde du piratage

Le 10 mars 2009, Christine Albanel (alors Ministre de la Culture), pratiquant l’emphase avec une verve inouïe, affirmait par voie radiophonique, sur RMC : « Nous sommes les champions du monde du piratage ». Ne cherchez surtout pas une quelconque justification ou ne serait-ce qu’une source sérieuse et fiable qui aurait permis d’illustrer la crédibilité de l’affirmation. Car, en l’occurrence, l’enquête d’IPSOS est loin de confirmer cela. Pire : elle établit pratiquement l’exact contraire. Sur les 12 pays concernés par l’étude (France, UK, Espagne, Allemagne, Italie, USA, Japon, Chine, Brésil, Emirats Arables Unis, Russie et Inde), la France se place en 9ème position sur le secteur musical et en 8ème position sur le secteur de la vidéo. Je ne résiste pas à la tentation de vous montrer cet histogramme, assez éloquent :

ipsos

Pourcentage d’internautes déclarant se rendre au moins une fois par mois sur des sites non officiels pour télécharger ou écouter de la musique ou des vidéos (source)

La SACEM espagnole y est également allée de son affirmation faite maison en accusant son pays d’être la championne du piratage. Le Canada a également eut son heure de gloire dans ce qu’il adviendrait d’appeler la grotesque valse des affirmations non vérifiées, en étant à son tour désigné comme LE champion du monde.

Par ailleurs, et pour être tout à fait complet, il est bon de rappeler qu’Albanel avait finalement pris soin de préciser que son affirmation ne prévalait que pour les pays « comparables », admettant probablement par ce biais que la Chine est bel et bien la championne toute catégorie. Sauf que même dans cette optique, les français se montrent moins adeptes du piratage que les italiens, les américains ou les espagnols.

Un autre aspect est en parfaite contradiction avec les fumeuses théories de l’industrie culturelle et de certains de nos politiques : selon eux, plus la connection Internet est rapide, plus elle constitue une incitation au téléchargement illégal. Mais deux contre-exemples sont connus et reconnus : le Japon, profitant d’une des meilleures infrastructures de réseau Internet au monde grâce notamment à la fibre optique, n’est pas un mauvais élève, tandis que la Russie, subissant un réseau très hétérogène et dépassant péniblement le premier mégabit, caracole à la seconde place juste derrière la Chine.

2/ Les pirates français consomment illégalement MAIS AUSSI légalement

L’enquête contredit une fois encore l’argumentaire pro-HADOPIste et confirme ce que bon nombre de blogueurs rabâchent depuis des mois et des mois : les jeunes pirates achètent davantage de musique que la moyenne des internautes, qu’il s’agisse de consommation en ligne ou en magasin. Selon IPSOS, si les pirates sont effectivement en partie responsables de la baisse des ventes de disques ou de vidéos, ils sont aussi les principaux consommateurs de musique et de films.

pdfipsoshadopi1

Extrait du communiqué de presse « Téléchargement légal et illégal sur Internet » (format PDF)

Kirsten Bartels, directrice du département Industrie/Services (Ipsos Marketing Allemagne), est d’ailleurs habitée d’une candeur touchante puisqu’elle rappelle à l’industrie du disque et du cinéma que ce profil de consommateurs devrait constituer leur cible marketing de prédilection. Manque de bol, ces consommateurs sont justement ceux dans la ligne de mire du projet de loi HADOPI, et des diverses ripostes graduées à l’étranger.

3/ Si les pirates ne téléchargent pas, alors ils n’achètent pas NON PLUS

Si les pirates n’avaient pas la possibilité de télécharger illégalement des morceaux de musique, les achèteraient-ils pour compenser ? La réponse est clairement non. Les pirates français estiment à 32% qu’ils ne les auraient pas écoutés, ou qu’ils auraient emprunté le CD (42%). Sur le marché du contenu vidéo, la tendance est moins marquée, les pirates étant relativement disposés à investir les salles de cinéma (30%). Pour autant, ils préfèrent encore majoritairement emprunter le DVD (33%) ou faire l’impasse sur le film (25%).

pdfipsoshadopi2

Extrait du communiqué de presse « Téléchargement légal et illégal sur Internet » (format PDF)

En définitive, les résultats de l’enquête Connections réalisés par IPSOS corroborent une autre étude, réalisée par TNO aux Pays-Bas et à l’issue de laquelle il était donc possible, en substance, d’en tirer les mêmes conclusions : l’étude montre que le partage de fichiers est bénéfique et fortement positif à court et à long terme économiquement parlant. Le partage de fichiers fournit aux consommateurs l’accès à un éventail de produits culturels très large, ce qui est également largement bénéfique.

Ce qu’on retiendra, c’est que la France se situe bien en dessous de la moyenne du taux de piratage mondial. Par ailleurs, l’étude confirme que ceux qui téléchargent illégalement ne consomment pas moins de produits culturels payant que ceux qui ne téléchargent pas, mais pire, ils en consomment plus (cinéma, concert…) ! Naturellement, ces enquêtes sont perçues comme autant d’effroyables démons venant défaire l’insidieux argumentaire gouvernemental, qui est lui-même soufflé par une industrie culturelle méprisante.

Auteur et source : Guillaume Main, sur ReadWriteWeb France

Articles liés :

5 octobre 2009 | Actualité