Home Contact
ARCOM : en attendant la fusion, le gouvernement ajuste le fonctionnement de la Hadopi - Numerama
14/11/2019 : ARCOM : en attendant la fusion, le gouvernement ajuste le fonctionnement de la Hadopi. […]
Avec Djingo, Orange tente de donner de la voix - Libération
14/11/2019 : Avec Djingo, Orange tente de donner de la voix  Libération
Hadopi : des mandats prorogés jusqu'à la fusion avec le CSA - Next INpact
14/11/2019 : Hadopi : des mandats prorogés jusqu'à la fusion avec le CSA  Next INpact
Le nouveau droit voisin des éditeurs et agencesde presse - La revue européenne des médias et du numérique
14/11/2019 : Le nouveau droit voisin des éditeurs et agencesde presse  La revue européenne des. […]
Site illégal de streaming : 8 mois de prison avec sursis requis contre le jeune pirate informatique franc-comtois - France 3 Régions
13/11/2019 : Site illégal de streaming : 8 mois de prison avec sursis requis contre le jeune pira. […]

Le réseau Wi-Fi d’une ville coupé pour un téléchargement illicite

L’affaire donne un avant-goût de ce que sera la France après la mise en œuvre d’Hadopi et de son obligation de sécurisation.

À Coshocton, petite ville de 11 000 habitants dans l’Ohio, aux États-Unis, un point d’accès Wi-Fi municipal a été fermé à la demande de Sony Entertainment. La cause ? Un utilisateur a profité de cette porte pour télécharger un film issu du catalogue de la major. Celle-ci a alors notifié OneCommunity, le fournisseur d’accès du service en question, lequel a contacté le responsable du réseau qui a pris la décision de fermeture.

Elizabeth Kaltman, une des responsables communication de la Motion Picture Association of America estime qu’il y a ainsi une génération qui a grandi avec Internet avec une philosophie simple « si c’est là, je peux le prendre » et qu’il est ainsi nécessaire que cette génération puise ses ressources sur les sites légaux plutôt qu’ailleurs… Mais cette pratique licite sera un peu plus complexe avec cet accès Wi-Fi fermé.

Coshocton avait introduit un accès Wi-Fi gratuit voilà 5 ans. Le service est utilisé par tous, par les agents de police pour envoyer leurs rapports, par des touristes pendant certaines festivités, etc. rapporte Coshoctontribune.com, à l’origine de l’information. La ville étudie désormais des solutions de filtrage, qui ne sera pas neutre au budget municipal : près de 5000 dollars pour son implémentation, et 900 dollars chaque année pour les frais de fonctionnement.

On se souvient que durant les débats Hadopi, le ministère de la Culture avait un temps pensé à imposer l’usage de liste blanche pour les réseaux ouverts. L’idée, défendue par Olivier Henrard, juriste et l’un des pères de ce texte, a été abandonnée devant le tollé soulevé notamment du côté des professionnels. Désormais, la Haute autorité aura le pouvoir d’enjoindre un abonné (une collectivité locale, une entreprise comme un Mc Do, etc.) à sécuriser son accès pour empêcher le piratage. Rien cependant n’est dit sur les spécificités de ces solutions. Dès lors, selon le niveau demandé, il pourrait y avoir des milliers de cas similaires à celui de « Coshocton » en France. Avec des budgets locaux déjà menacés par la suppression attendue de la taxe professionnelle, autant dire que le dossier est épineux.

Source : PC Inpact

Articles liés :

17 novembre 2009 | Actualité