Home Contact
Près de Caen. 600 € d’amende pour des téléchargements illégaux - Ouest-France éditions locales
25/04/2019 : Près de Caen. 600 € d’amende pour des téléchargements illégaux  Ouest-Franc. […]
Juan Branco nous cache quelquechose - Nice Provence Info
24/04/2019 : Juan Branco nous cache quelquechose  Nice Provence InfoNous avons évoqué dans nos. […]
Lexiconomy, le dictionnaire en ligne qui privatise le langage - korii.
23/04/2019 : Lexiconomy, le dictionnaire en ligne qui privatise le langage  korii.Cet absurde pr. […]
Game of Thrones : comment regarder la saison 8 gratuitement (et légalement ?) - TechGuru
22/04/2019 : Game of Thrones : comment regarder la saison 8 gratuitement (et légalement ?)  Tec. […]
Les internautes consultés en amont de la future loi contre la haine en ligne - Next INpact
19/04/2019 : Les internautes consultés en amont de la future loi contre la haine en ligne  Next. […]

Le Sénateur Masson ne connaît ni Twitter, ni Deezer, ni l’iPad

Récemment, le sénateur Jean-Louis Masson proposait une loi sur l’interdiction de l’anonymisation des blogueurs. Celle-ci a bien entendu provoqué l’ire et la fureur des internautes. Pire : le sénateur ne connaît pas Internet, ni Twitter, ni Deezer, ni l’iPad. Difficile d’être crédible et convaincant.

Au micro de RMC, invité dans le cadre de l’émission « Les Grandes Gueules », le sénateur Jean-Louis Masson s’est trouvé bien malmené quand il s’agissait de répondre aux critiques et interrogations formulées par le journaliste.

Tout comme Frédéric Lefebvre s’était emmêlé les pinceaux sur le Web 2.0, le sénateur Masson s’engouffre, s’empêtre même, sur un terrain plus que glissantpour lui. « Est-ce que vous savez ce qu’est Twitter » interroge le journaliste. « Non. Et je ne cherche pas à le savoir ». « L’iPad ? Ca ne m’intéresse pas ! », « Et Deezer ? Ca ne m’intéresse pas non plus ». Tout est dit !
Evidemment, difficile de défendre une loi qui concerne directement Internet quand on ne connaît pas l’outil en lui-même, ses possibilités, ses services. « Je crois qu’on est pas là pour entrer dans la technique ou quoi que ce soit. Je me sers, ou plutôt ma secrétaire, se sert d’Internet pour envoyer… ».

Attaqué, malmené, Jean-Louis Masson attaque la presse et « tient à poser le problème de la presse, si on écrit des insanités sur moi ». Aucun rapport. « Le sujet sur lequel je légifère, c’est la transparence des informations qui sont transmises. Je ne légifère pas sur Twitter sur quoi que ce soit… Le problème c’est un problème de fond. Je ne rentre pas dans la réglementation technique ». Le sénateur n’y connaît rien, mais pour lui, « ce n’est pas un problème de crédibilité ».

Alors si ce n’est pas un problème de crédibilité, c’est peut-être un problème d’ouverture d’esprit.

Articles liés :

4 juin 2010 | Actualité, Multimedia