Home Contact
This RSS feed URL is deprecated
23/01/2018 : This RSS feed URL is deprecated, please update. New URLs can be found in the footers. […]
La vérité sur… la persistance du piratage en ligne - Challenges.fr
21/01/2018 : Challenges.frLa vérité sur… la persistance du piratage en ligneChallenges.frLes m. […]
Le piratage IPTV, nouveau cauchemar des ayants droit - 01Net - 01net.com
21/01/2018 : 01net.comLe piratage IPTV, nouveau cauchemar des ayants droit - 01Net01net.comDes gro. […]
Interview : les doutes de Christian Phéline (Hadopi) sur l'introduction ... - Next INpact
11/01/2018 : Next INpactInterview : les doutes de Christian Phéline (Hadopi) sur l'introduction .. […]
Hadopi et identification des IP : les bons et mauvais élèves parmi les ... - Next INpact
10/01/2018 : Next INpactHadopi et identification des IP : les bons et mauvais élèves parmi les .. […]

L’Europe pourrait forcer la France à revoir Hadopi

Le juge ne pourrait pas couper l’Internet à un usager sans avoir entendu les arguments de la défense.

Un accord négocié au niveau européen, dans le cadre du « Paquet télécom », pourrait forcer la France à modifier sa loi Hadopi, qui prévoit la privation d’Internet pour les pirates récidivistes. Dans la nuit de mercredi à jeudi, eurodéputés et diplomates sont tombés d’accord sur une formulation qui vise à protéger les droits fondamentaux.

L’accès à Internet ne pourra être restreint que « si c’est nécessaire et proportionné », et « uniquement après une procédure impartiale et équitable, incluant le respect des droits de la défense et le droit d’être entendu ».

Autrement dit, comme l’a expliqué le porte-parole de la Commission européenne, « il n’est pas question de couper Internet sans décision d’un tribunal, (ni) respect des droits de la défense », sauf cas de terrorisme ou de pédophilie.

En France, la loi Hadopi 1 autorisait une coupure administrative. Hadopi 2, qui l’a supplantée, impose le recours à un juge, mais l’autorise à rendre une ordonnance simplifiée sans avoir entendu la défense. Ce n’est, à l’évidence, pas suffisant aux yeux de l’Union.

Le « Paquet télécom » doit encore être adopté par les deux institutions législatives européennes, le Conseil des ministres et le Parlement ¯ simple formalité ¯ puis être transposé dans chaque pays. Ce qui pourrait être une autre paire de manches.

Source : Ouest-France

Articles liés :

10 novembre 2009 | Actualité