Home Contact
ARCOM : en attendant la fusion, le gouvernement ajuste le fonctionnement de la Hadopi - Numerama
14/11/2019 : ARCOM : en attendant la fusion, le gouvernement ajuste le fonctionnement de la Hadopi. […]
Avec Djingo, Orange tente de donner de la voix - Libération
14/11/2019 : Avec Djingo, Orange tente de donner de la voix  Libération
Hadopi : des mandats prorogés jusqu'à la fusion avec le CSA - Next INpact
14/11/2019 : Hadopi : des mandats prorogés jusqu'à la fusion avec le CSA  Next INpact
Le nouveau droit voisin des éditeurs et agencesde presse - La revue européenne des médias et du numérique
14/11/2019 : Le nouveau droit voisin des éditeurs et agencesde presse  La revue européenne des. […]
Le CSA va devenir l'Arcom - 100%Media by Offremedia
13/11/2019 : Le CSA va devenir l'Arcom  100%Media by Offremedia

LOPPSI : comment nous installons le « décèlement précoce »

Par: Emilien Ercolani – source : linformaticien.com
Je souhaitais revenir sur le débat concernant la Loi sur la sécurité intérieure qui s’est tenu dans l’émission « Ce soir (ou Jamais !) », animée par Frédéric Taddeï. Nous avons eu droit à quelques déclarations cinglantes, véridiques, ou des contre-vérités, mais aussi à quelques coups de gueule qui démontrent l’incongruité de certains propos. Cette loi LOPPSI est bel et bien la mise en œuvre d’un processus sous-jacent de « décèlement précoce » de l’infraction, apparentée au règne par la peur.

« Tout le monde sera placé dans la situation d’un suspect qui risque d’être soumis à toutes sortes de mesures coercitives. La chose la plus spectaculaire, c’est la possibilité d’introduire un mouchard sur les ordinateurs de chacun d’entre nous, à son insu. Si bien que la police, autorisée par le juge d’instruction, pourra savoir à qui vous envoyez des mails, quel est le contenu de ces mails, quels sont les messages que vous avez reçus et lus, également quels sont les sites que vous avez consultés. Tous les fichiers que vous avez consultés seront visibles par la police à condition que vous entriez dans une catégorie extrêmement large qui permettra par exemple, et c’est significatif, de mettre sous cette surveillance les gens qui portent assistance aux sans papiers, aux personnes en situation irrégulière. (…) Nous sommes dans une situation qui est devenue grave et qui correspond à une idéologie sécuritaire et qui annonce une société non pas seulement de surveillance, de méfiance et de peur, mais une société de contrôle permanent des activités de l’individu ». Voici, en substance, l’une des déclarations Thierry Lévy, avocat et ex-président de l’Observatoire international des prisons.

Le plus impressionnant dans cette déclaration étant que personne n’a cherché à la démonter. Tout le monde semble d’accord sur le plateau de Ce soir (ou jamais !). Seul Alain Bauer, criminologue influent qui bénéficie de l’oreille attentive des puissances françaises, tient quant à lui un discours de taille à faire virevolter l’opinion. Car il est là le danger de lois comme LOPPSI : manipuler l’opinion afin d’avoir la légitimité d’instaurer des mesures coercitives.

Nous disons souvent, à tort ou à raison, que nous fonçons tête baissée dans une pseudo-démocratie Big Brother. Le débat n’a jamais été autant actuel. Rappelons que LOPPSI a tout de même pour but (…) Lire la suite

Source : Les Blogs de l’Informaticien

Articles liés :

26 février 2010 | Actualité