Home Contact
ARCOM : en attendant la fusion, le gouvernement ajuste le fonctionnement de la Hadopi - Numerama
14/11/2019 : ARCOM : en attendant la fusion, le gouvernement ajuste le fonctionnement de la Hadopi. […]
Avec Djingo, Orange tente de donner de la voix - Libération
14/11/2019 : Avec Djingo, Orange tente de donner de la voix  Libération
L'Assemblée adopte la surveillance des réseaux sociaux par l'administration fiscale - Clubic
14/11/2019 : L'Assemblée adopte la surveillance des réseaux sociaux par l'administration fiscale. […]
Hadopi : des mandats prorogés jusqu'à la fusion avec le CSA - Next INpact
14/11/2019 : Hadopi : des mandats prorogés jusqu'à la fusion avec le CSA  Next INpact
Le nouveau droit voisin des éditeurs et agencesde presse - La revue européenne des médias et du numérique
14/11/2019 : Le nouveau droit voisin des éditeurs et agencesde presse  La revue européenne des. […]

Louis Blanc : “De la propriété littéraire”

En 1848, les enjeux d’Hadopi étaient déjà posés. Preuve en est cette réédition d’un texte fondateur de la liberté de création et du droit d’auteur.
« La propriété de la pensée ! Autant vaudrait dire la propriété de l’air renfermé dans le ballon que je tiens dans ma main. L’ouverture faite, l’air s’échappe; il se répand partout, il se mêle à toutes choses: chacun le respire librement. Si vous voulez m’en assurer la propriété, il faut que vous me donniez celle de l’atmosphère: le pouvez-vous ?
Aux partisans du droit de propriété littéraire, nous demanderons d’abord, avec M. Portalis: qu’entendez-vous par une pensée qui appartient à quelqu’un ? Cette pensée vous appartient, dites-vous. Mais avec dix livres, peut-être, on a fait toutes les bibliothèques qui existent; et ces dix livres, tout le monde les a composés. »
Publié en 1848 dans le cadre de l’ouvrage L’Organisation du travail, ce texte de Louis Blanc, père du socialisme français, est l’un des manifestes fondateurs de la liberté de création. Il rappelle que les débats sur le droit d’auteur qui secouèrent le XIXe siècle furent étonnamment proches de ceux qui entourèrent, l’année dernière, l’adoption de la loi dite « Hadopi ».
C’est dans cette perspective que Francis Lalanne, chanteur, poète et ardent défenseur de la libre diffusion de la pensée, a apporté à ce texte historique une préface sous la forme d’une déclaration poético-politique.
Une conférence/débat aura lieu pour le lancement de la reédition de l’ouvrage de Louis Blanc lundi 29 mars à 18h30 à l’Autre Café, 62 rue Jean-Pierre Timbaud, Paris 11e (métro Parmentier) avec Mathias Daval, Boris Sirbey (Edysseus), Joseph Paris (Kassandre.org) et Francis Lalanne.

Source : Readwriteweb

ø articles

29 mars 2010 | Actualité