Home Contact
L'Hadopi a franchi la barre des 10 millions de courriers - Les Échos
19/09/2017 : Les ÉchosL'Hadopi a franchi la barre des 10 millions de courriersLes ÉchosSept ans. […]
? Hadopi : 10 millions d?avertissements, 151 condamnations - Le portail dédié à l'électronique
19/09/2017 : ? Hadopi : 10 millions d?avertissements, 151 condamnationsLe portail dédié à l'él. […]
Hadopi : 10 millions d'avertissements, 151 condamnations - Next INpact
19/09/2017 : Atlantico.frHadopi : 10 millions d'avertissements, 151 condamnationsNext INpactLa Had. […]
Hadopi à l'heure du bilan - Génération NT
15/09/2017 : Génération NTHadopi à l'heure du bilanGénération NTSi la HADOPI a mis son poids. […]
Hadopi : quel bilan après 8 ans d'existence ? - Clubic
14/09/2017 : Ere NumériqueHadopi : quel bilan après 8 ans d'existence ?ClubicIl y a huit ans, la. […]

Problèmes de logo pour Hadopi !

[Un article de MacPlus]

Difficile d’imaginer pire lancement pour une haute autorité mise en place à grands frais pour faire respecter la propriété intellectuelle des créateurs injustement pillés sur internet : l’Hadopi (Haute Autorité pour la Diffusion Des Œuvres et la Protection des droits sur Internet) et la typographie utilisée par son logo sont actuellement au centre d’une polémique dont son Ministère de tutelle se serait sans doute bien passé.

D’abord mise au jour par les sites PC Inpact et Numerama, très en pointe dans la guérilla anti-Hadopi, la similitude de la police de caractères utilisée par l’agence de communication Plan créatif pour le logo de la nouvelle haute autorité avec la typo spécialement fondue par Jean-François Porchez à l’occasion du changement d’identité visuelle de Wanadoo (intervenue en 2000), est devenue incontestable lorsque sur son blog, Korben a montré, Gif animé à l’appui, que les deux lettrages se confondaient parfaitement.
Pierre supplémentaire dans le jardin de l’agence, et par ricochet dans celui de son client, le même blagueur a déniché sur le site de l’INPI le document utilisé pour l’enregistrement de la marque Hadopi par le ministère de la culture et de la communication, intervenu le 16 novembre 2009. Celle-ci utilisait bien cette même font baptisée « Bienvenue » par son créateur, à l’usage exclusif de France Télécom, mettant ainsi à mal les explications embarrassées de l’agence selon lesquels « A la suite d’une erreur de manipulation informatique, une esquisse de logotype qui avait été écartée lors des phases traditionnelles de vérification de similitude, a été malencontreusement présentée comme solution graphique définitive », utilisant cette fois FS Lola.

Les « sérifs » du web discrédités ?

Là où le bât blesse, c’est que le logo en question fait non seulement manifestement usage de la police incriminée, mais également plus généralement disons « une citation appuyée » au logo original créé à l’époque sous la houlette d’Andrew Welch par l’agence Landor. A l’époque, celui-ci n’utilisait d’ailleurs pas la Bienvenue de la communication institutionnelle, mais le rapprochement entre les deux logos n’est pas sans intérêt si l’on prête un peu d’attention au filet qui entoure le « nez du clown » – ah oui, le logo Hadopi est censé représenter un clown – et les Pantones rouge et gris utilisés dans les différentes versions du logo Wanadoo et le dégradé du logo Hadopi…

Contactée par MacPlus, l’agence nous a immédiatement assuré que personne n’avait travaillé sur le dossier Wanadoo à l’époque – la question a du être posée en interne – il n’empêche : le spectre du dossier Hadopi, ressuscité à force d’acharnement thérapeutique du locataire actuel de l’Elysée et qui a déjà coûté leur tête à deux ministres de la Culture va finir par être aussi redouté qu’un Belphégor, venu en voisin coller des sueurs froides aux occupants successifs de la rue de Valois. La suite, au prochain épisode…

source : MacPlus

Articles liés :

12 janvier 2010 | Actualité