Home Contact
Un partenariat entre Hadopi et l'éducation nationale : le droit d'auteur au programme - Actualitté.com
21/11/2019 : Un partenariat entre Hadopi et l'éducation nationale : le droit d'auteur au programm. […]
Les Dossiers #5 : téléchargez notre nouveau numéro consacré aux podcasts et aux enceintes connectées - La Lettre Pro de la Radio
21/11/2019 : Les Dossiers #5 : téléchargez notre nouveau numéro consacré aux podcasts et aux e. […]
EXCLU - L'avocat de CopyComic brise le silence dans "Morandini Live": "La réaction de Thomas Ngijol est juste pitoyable" - VIDEO - Le Blog de Jean-Marc Morandini
20/11/2019 : EXCLU - L'avocat de CopyComic brise le silence dans "Morandini Live": "La réaction d. […]
Le prix du Style 2019 distingue Christophe Tison - LIVRES HEBDO
19/11/2019 : Le prix du Style 2019 distingue Christophe Tison  LIVRES HEBDO
ARCOM : en attendant la fusion, le gouvernement ajuste le fonctionnement de la Hadopi - Numerama
14/11/2019 : ARCOM : en attendant la fusion, le gouvernement ajuste le fonctionnement de la Hadopi. […]

Quel usage du web en France ?

De plus en plus branchés

L’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) vient de publier, pour le centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc), le rapport annuel sur les “Conditions et aspirations de vie des Français” .

Cette étude révèle que 67 % des Français se connectent à Internet depuis leur domicile. Et cela tous les jours pour 48 % des sondés, une tendance en hausse de 6% en un an. Ce qui a plusieurs effets comme notamment la diminution des disparités d’accès à internet au domicile, à la fois entre les générations, et les tranches de revenus.

Cette forte progression peut s’expliquer par l’équipement des Français, de mieux en mieux équipés, en ordinateur (74% en disposent à la maison) et surtout en téléphone mobile (82% des Français en possèdent un). Près de 5 millions d’abonnés utilisent leur téléphone pour se connecter sur internet. Le terminal mobile constitue même l’outil exclusif de communication numérique pour 12 % de la population (ce chiffre a doublé depuis 2008).

Les internautes consultent principalement les sites de commerce en ligne (41%), remplissent leurs démarches administratives ou fiscales en ligne (43%), ou cherchent un emploi (26%). Les réseaux sociaux ont les faveurs de 68% des jeunes de 18 à 24 ans contre 1% des seniors. Car ces sites inquiètent huit internautes sur dix concernant la protection de leurs données personnelles.

La pratique du web évolue

Le rapport du Credoc démontre également un certain changement dans la pratique de l’internet. On est ainsi revenu aux chiffres de 2006 concernant le téléchargement. Seulement 31% des internautes déclarent avoir téléchargé de la musique au cours des douze derniers mois. Mais la question posée ne distingue pas le téléchargement légal du piratage. “Les réponses auraient été faussées. Il y a peu de chances en effet que les sondés déclarent qu’ils pratiquent le piratage, surtout au moment du débat autour de la loi Hadopi” explique Régis Bonot, l’auteur de l’étude pour le Credoc.

Aucune conclusion précise ne peut donc être tirée de ce chiffre qui peut se traduire de différentes manières. L’effet Hadopi a réellement calmé les internautes qui du coup téléchargent, illégalement, moins de fichiers ; ou du coup, l’avouent moins facilement… Avec la généralisation des connexions en haut débit, le rapport à la musique sur le web a beaucoup changé ces deux dernières années, le téléchargement étant peu à peu remplacé par l’écoute en ligne (streaming).

Hadopi étant déjà considérée comme une erreur stratégique, il est désormais question d’une éventuelle taxe associée aux forfaits internet (ce qui est appelé licence globale), mais sans aucune contrepartie en matière de téléchargement. Cela fait forcément tousser les internautes qui se déclarent à 70% “pas prêts à payer pour de la musique en ligne”.

Mais Forrester, qui avait réalisé cette enquête, estime qu’à partir de 2014, les consommateurs européens dépenseront, chaque année, un peu plus de 34 euros chacun pour de la musique sur Internet.

Certains pirates se sont déjà convertis au payant grâce au streaming. Vincent Glad explique qu’après sept ans de piratage, il est désormais prêt à payer un abonnement mensuel sur Spotify, “non par moralité [...] mais par confort…”

Source : Sud Ouest.com

Articles liés :

14 décembre 2009 | Actualité