Home Contact
L'Hadopi a franchi la barre des 10 millions de courriers - Les Échos
19/09/2017 : Les ÉchosL'Hadopi a franchi la barre des 10 millions de courriersLes ÉchosSept ans. […]
? Hadopi : 10 millions d?avertissements, 151 condamnations - Le portail dédié à l'électronique
19/09/2017 : ? Hadopi : 10 millions d?avertissements, 151 condamnationsLe portail dédié à l'él. […]
Hadopi : 10 millions d'avertissements, 151 condamnations - Next INpact
19/09/2017 : Atlantico.frHadopi : 10 millions d'avertissements, 151 condamnationsNext INpactLa Had. […]
Hadopi à l'heure du bilan - Génération NT
15/09/2017 : Génération NTHadopi à l'heure du bilanGénération NTSi la HADOPI a mis son poids. […]
Hadopi : quel bilan après 8 ans d'existence ? - Clubic
14/09/2017 : Ere NumériqueHadopi : quel bilan après 8 ans d'existence ?ClubicIl y a huit ans, la. […]

Révélation > Hadopi : Sarko « s’est fait avoir comme un bleu » par les « salopards » !

Source : Novopress France

10/03/2010 – 16h50
PARIS (NOVOPress) : C’est une des révélations de Déjeuners avec des ministres sous pression, un livre signé par Anne Rovan, journaliste au Figaro, et Nathalie Segaunes, sa consœur du Parisien, qui vient de paraître aux éditions Albin Michel.

Le 14 mai 2009, soit deux jours après l’adoption de la loi « Création et Internet » dite « loi Hadopi » à l’Assemblée nationale, les deux journalistes déjeunent avec Christine Boutin, alors ministre du Logement. Christine Boutin est folle de rage. Elle est « submergée par la colère » et « se lâche ».

D’abord contre les artistes qui ont défendu la loi, comme Charles Aznavour –  « Je l’aime beaucoup mais il a été instrumentalisé, le pauvre ! » –, Juliette Gréco et Pierre Arditi : « “Si c’est ça la création montante“, soupire-t-elle, méprisante. »

Puis contre Jack Lang, qui a apporté sa notoriété et sa « légitimité » d’ancien ministre de la Culture à la création d’Hadopi : « Lang, cette vieille barbiche, qui n’y connaît rien »

Ensuite contre le lobby de l’industrie du disque : « Les majors, ces fricards, ces salopards, ils savent très bien ce qu’ils sont. Ce sont les grandes industries du disque qui ont fait défiler les artistes dans le bureau du président et dans ceux des médias. »

Et enfin contre… Nicolas Sarkozy : « Dans cette affaire, il s’est fait avoir comme un bleu. Il a reçu les artistes en 2006 à l’UMP. Il était tellement content de les avoir autour de lui qu’il les a écoutés. »

« Nous restons sans voix, commentent Anne Rovan et Nathalie Segaunes, estomaquées par la charge. »

Un mois plus tard, Christine Boutin était débarquée du gouvernement.

[cc] Novopress.info, 2010, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine
[http://fr.novopress.info]

Articles liés :

10 mars 2010 | Actualité