Home Contact
Un salarié commet une faute grave en cas de téléchargements ... - Next INpact
20/10/2017 : Next INpactUn salarié commet une faute grave en cas de téléchargements ...Next INp. […]
Hadopi enquête sur le remplaçant de Zone Téléchargement - Ere Numérique
14/10/2017 : Ere NumériqueHadopi enquête sur le remplaçant de Zone TéléchargementEre Numériq. […]
Que risque-t-on quand on télécharge illégalement de la musique ou ... - Europe1
13/10/2017 : Europe1Que risque-t-on quand on télécharge illégalement de la musique ou ...Europe. […]
Piratage : Hadopi s'attaque au problème des sites miroirs - Les Échos
10/10/2017 : L'ExpressPiratage : Hadopi s'attaque au problème des sites miroirsLes ÉchosSoucieus. […]
Riposte graduée et amende : les questions de la Hadopi à deux ... - Next INpact
10/10/2017 : Next INpactRiposte graduée et amende : les questions de la Hadopi à deux ...Next IN. […]

Ligue Odebi – Communiqué de mise au trou de Zac (Wawamania)

Ligue Odebi – A l’heure ou ces lignes vous parviennent, le monde de l’industrie du divertissement continue de tisser sa toile nauséabonde à travers les institutions de notre beau pays.

Cette fois c’est l’administrateur de WawaMania qui en fait les frais. Accusé de ……………….., il est toujours en attente de son procès qui aura lieu au plus tôt en 2011 (info à verifier). En attendant et pour protéger la population, il risque d’aller croupir dans une cellule en détention provisoire.

Il est vrai que le mal qu’il peut faire est énorme, quand à la fuite, avec moins de 600 euros par mois de revenus, il ne pourra aller bien loin. Non c’est tout simplement pour faire un exemple qu’il va aller regarder le monde à travers la petite lucarne pendant plusieurs mois. En demandant 20 000 euros de caution pour des délits non violent à une personne disposant de peu de ressources, on est certain qu’il va finir au trou en attendant son procès. Quand on voit que certaines personnes sont simplement placés sous contrôle judiciaire pour des faits de violences, de vols parfois même en récidive on comprend mal qu’une affaire de copyright puisse amener son auteur sous les verrous avant même son procès. La justice à deux vitesses, une très lente pour les cas ordinaires, et la marche arrière pour tout ce qui touche à l’internet.

Selon que vous serez voleur ou hébergeur, la justice saura vous pardonner ou vous incarcérer. L’armée numérique, doit être prête à se mobiliser à partir du 7 mai si Zac est envoyé en prison ou si un délai supplémentaire lui ai accordé pour réunir sa caution.

Parce que la justice française ne doit pas être aux ordres des lobbys du divertissement, il sera de notre devoir de dénoncer le partialisme de ce système qui met des internautes en prison avant même leur procès tandis que des multi-récidivistes sont toujours en liberté.

La cour européenne des droits de l’homme à déjà plusieurs fois condamné la France pour ses abus de détention provisoire.

5 mai 2010 | Actualité | Permalien

Loppsi caduque : Odebi vous protège contre la LOPPSI avec le live CD Odebian

Source : Ligue Odebi – Afin de se préparer à la nouvelle ère de dictature numérique qu’entend imposer le pouvoir en place, la ligue Odebi lance le projet Odebian. L’objectif est de fournir un système d’exploitation ‘live’ cumulant les avantages de Linux (liberté, sécurité, fiabilité, communauté) et les valeurs défendues par la Ligue Odebi. Destiné à être transportable, simple d’utilisation et surtout à ne laisser aucune trace de son utilisation sur le disque dur, c’est clairement un outil de lutte contre les projets de surveillance généralisé des citoyens numériques.

Alors que nos dirigeants semblent vouloir étendre indéfiniment les principes du copyright, il nous à paru essentiel de baser le projet sur un modèle libre, c’est notre conception du partage, de l’internet tout simplement.

Le principe du logiciel en open source permettra aux plus expérimentés de personnaliser le projet selon leurs souhaits. L’internaute lambda sera quand à lui protégé par l’utilisation du réseau TOR (1) pour tout accès au réseau.

Le projet est basé sur le principe de la coopération, chacun est libre de venir y contribuer car c’est ainsi que fonctionne internet. C’est la multitude qui fait notre force.

Les élus du peuple outrepassent leur mandat en votant des lois sans même en lire le contenu. Ce faisant, ils oublient l’essence même de leur fonction à savoir le débat libre et démocratique. La conscience de nos députés est peut être à vendre mais la notre n’a de prix que celui de notre liberté. Fidèle à notre ligne de conduite, c’est par l’action que nous combattons toute volonté de faire du web une simple vitrine commerciale supplémentaire.

Odebian est une des réponses que nous apportons face aux dérives du pouvoir. Nous remarquons d’ailleurs l’étrange coïncidence qui fait du juge d’instruction le garant de l’emploi du futur mouchard informatique tout en prévoyant la suppression de cette fonction. C’est à terme le procureur de la république, donc le ministère de la justice qui aura la mainmise sur le processus.

On est loin de l’impartialité et les actes du gouvernement en place n’incitent guère à cette prétention. Qui nous dit que demain la liste des délits prévoyant l’utilisation du mouchard ne comprendra pas le téléchargement illégal ou la simple injure publique. Après tout le délit de solidarité envers un sans papier est déjà prévu dans la liste (2).

Demain, l’anonymat et le cryptage seront les seuls refuges de l’internaute face à la volonté de contrôler le dernier espace de liberté d’expression. Puisque la liberté leur fait peur, cultivons la.

Rejoignez nous pour préserver les droits fondamentaux face aux États qui semblent se complaire à les bafouer.
Hadopi, LOPPSI 2, ce ne sont que les premiers pas vers le nouvel ordre numérique mondial, l’ACTA (3) est sur les rails sous l’impulsion des États-Unis.

Nous ne resterons pas les bras croisés face aux piétinement des valeurs fondatrices de notre république et invitons chaque internaute à diffuser massivement les solutions de cryptage et d’anonymat sur internet.

“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” A.Einstein

(1)http://www.torproject.org/index.html.fr
(2)http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006577780&cidTexte=LEGITEXT000006071154&dateTexte=20100211&oldAction=rechCodeArticle
(3)http://fr.readwriteweb.com/2010/01/20/a-la-une/traite-acta-censure-loppsi-hadopi/

18 février 2010 | Actualité | Permalien

Débats sur la LOPPSI : lettre (ouverte) aux députés (à envoyer à vos députés respectifs)

Le projet LOPPSI planifié les 9, 10 et 11 février à l’Assemblée Nationale, sera voté sans coup férir ce mardi. Les rangs des députés de la majorité seront sans nul doute garnis afin de se prémunir contre un camouflet semblable à celui de la loi Création et Internet HADOPI.

Mais n’oubliez pas d’où vous vient ce droit de légiférer pour le pays, d’où vous vient ce pouvoir, sensé être un des piliers de notre république. En fait de séparation des pouvoirs, l’assemblée nationale s’est transformée en simple chambre d’enregistrement et cela par votre fait. Refusant le débat sous prétexte de sujet trop technique, vous renoncez à l’essence même de votre fonction.

Il y a un thème recrurent lors des discussions de projets de lois sur le numérique, c’est l’absentéisme. Alors que TF1 nous montre un hémicycle plein lors du reportage du 20h consacré à cette actualité, les internautes ayant pu suivre les séances en direct ont pu s’apercevoir qu’il était bien plus rapide de compter les députés présent que ceux absent. Quand on sait qu’ Internet constitue le dernier espace de liberté d’expression dans notre pays, on serait en droit d’attendre un peu plus de mobilisation de votre part.

Puisque vous êtes les représentant du peuple, c’est à vous que revient le pouvoir d’améliorer la vie de vos concitoyens. Le gouvernement n’ a pas d’utilité a légiférer en urgence sur des sujets aussi grave que la sécurité quotidienne. C’est un prétexte pour écourter les débats et pour dramatiser la situation. (méthode déjà utilisé pour sur la loi Création et Internet HADOPI).

Une meilleure sécurité ne passe pas forcement par une mauvaise dictature. Vous qui êtes l’extension de la volonté populaire, pourquoi continuez vous à ignorer ceux qui vous ont élus. Un mandat ce n’est pas un chèque en blanc.

Alors que le projet de loi LOPPSI est soumis à votre jugement, ne laissez pas votre parti dicter votre choix. Vous êtes les élus d’un territoire et non d’un parti, quel qu’il soit. Montrez vous digne de la confiance que vous ont apporté vos concitoyens en refusant d’approuver le projet de loi LOPPSI. Au lieu d’une meilleure sécurité, c’est une meilleure surveillance qu’il va apporter, avec la création de systèmes, comme le mouchard, qui verront leur utilisation détourné. Ce projet coïncide en effet avec la volonté de suppression du juge d’instruction de la part de l’exécutif en place, et qui sera en charge après de la décision de mettre un “suspect” sur écoute, qui sinon le parquet, avec dans l’ombre la chancellerie et le pouvoir exécutif. C’est ainsi que se met en place la surveillance des opposants politiques et de tout ceux qui élèveront la voix contre le pouvoir en place.

Outre ce problème, le projet de loi ne parle pas non plus des principes techniques concernant la mise en place du “mouchard” au domicile des suspects.

Quelle garantie d’impartialité y aura t’ il lorsque le juge d’instruction aura disparu ?

Nous vous demandons solennellement de vous prononcer contre ce projet de loi afin de préserver les libertés fondamentales, fondatrices de notre république pour que que la fin de la démocratie ne soit voté de ses élus.

Vous avez été maintes fois prévenus qu’en voulant trop contrôler l’internet, celui ci finirait par vous échapper complètement avec la généralisation des outils de cryptage et d’anonymat, aujourd’hui réservés aux seuls ‘initiés’. C’est pourquoi, sans même attendre le vote de ce mardi, la Ligue Odebi joint l’action à la parole à travers le projet Odebian [1] et œuvre désormais pour permettre à l’ensemble de nos concitoyens d’échapper à la surveillance généralisée et au filtrage des réseaux en diffusant ces technologies à l’aide d’un outil simple d’utilisation et à la portée de tous; bien loin des idées reçues, qui sont légions dès que l’on discute du numérique à l’assemblée nationale.

[1] www.odebian.org

15 février 2010 | Actualité | Permalien

Odebi dans la presse tv

Message de la ligue Odebi

Le jeudi 19 novembre l’ émission “Envoyé spécial” de France 2, diffusera un reportage (de Jérémie Drieu et Emmanuel Beke), intitulé “Hadopi contre les pirates”.

« Envoyé spécial » a enquêté pendant plusieurs mois, rencontré internautes (de la Ligue Odebi), artistes, producteurs et suivi en exclusivité les premiers pas d’Hadopi.

Nous vous proposons de suivre cette émission tout en venant partager votre avis général sur notre chat : http://www.odebi.org/content/chat-de-la-ligue-odebi

Branchez vos tv aussi sur le 19/20 de France 3 ce soir là car nous y serons aussi présent.

Bonsaï !!!

/////////////////////////////////

Addendum au 19/11/2009

Nous venons d’apprendre qu’envoyé spécial a decidé de censurer le passage où la Ligue ODEBI montre que les connexions WIFI sont piratables facilement…en tout cas nous sommes censurés !

Plus d’informations bientôt sur le groupe et le site de la Ligue

18 novembre 2009 | Actualité | Permalien

“Le chiffre d’affaire des maisons de disque ne nous concerne pas”

Ligue ODEBI(Ligue ODEBI) La Ligue ODEBI affirme qu’il n’est pas dans le rôle des internautes de travailler à corriger des business model incohérents. L’industrie culturelle doit accepter les règles du marché qu’elle revendique et de ne pas culpabiliser les internautes de ne pas vouloir y répondre à sa place.

Si l’industrie culturelle souhaite pouvoir bénéficier d’un impôt indirect il faut alors qu’elle en respecte les devoirs inhérents à savoir la définition avec l’État dans le cadre d’un plan pluriannuel de devoirs de service public qui seraient par exemple l’obligation d’organiser gratuitement un nombre déterminé de concerts populaires en France ouverts gratuitement au public ou encore de participer directement au soutien des artistes amateurs ou les moins connus par des subventions qu’elles s’engageraient à donner à des associations homologuées.

Sans des devoirs en miroir des revenus qu’elle reçoit de l’impôt républicain, toute construction ne serait qu’un racket de plus organisé par l’État au profit d’intérêts privés.

Toute taxe supplémentaire serait alors un scandale.

Source : http://www.odebi.org/content/le-chiffre-daffaire-des-maisons-de-disque-ne-nous-concerne-pas

8 octobre 2009 | Actualité | Permalien